Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Clif C'est Quoi ?

  • : CLIF (Club Litteraire d'Ile de France)
  • : Club littéraire d'Ile de France est un site de publication internet de littérature francophone. Vous desirez lire des textes inédits ou publier vos propres textes ? Nouvelles fantastiques, romantiques ou fantaisy... Des poesies, des essais ou autres... N'hésitez pas à nous contacter. Vous êtes le bienvenu !
  • Contact

Administrateur

  • Laurent
  • Réac, atrabilaire, mais non sans expérience le justifiant. Sens de l'humour permanent, mais hélas sens de la réalité qui s'échappe de jour en jour. Par contre, même houleux, j'aime bien les échanges de point de vue. Et sur tous les sujets.
  • Réac, atrabilaire, mais non sans expérience le justifiant. Sens de l'humour permanent, mais hélas sens de la réalité qui s'échappe de jour en jour. Par contre, même houleux, j'aime bien les échanges de point de vue. Et sur tous les sujets.

Recherche

10 avril 2005 7 10 /04 /avril /2005 00:00

UN GRAND AMOUR


A travers la vitre, je regarde tomber la pluie. Elle m'oblige à rester à la maison pour toute la journée. A vrai dire, j'en suis très content, je vais pouvoir rester près d'elle, la voir évoluer dans la maison. Pour moi c'est le comble du bonheur.

Cela a commencé par le petit déjeuner que j'ai pu partager avec elle, puis sa toilette, quoiqu'elle n'aime pas que je la regarde faire. Mine de rien je suis tous ses gestes, la façon qu'elle a de passer la brosse dans ses cheveux, de les ramener au-dessus de sa tête. Voir la serviette caresser son corps après la douche. J'irais bien lui prouver mon amour, mais depuis quelque temps elle n'apprécie plus mes grandes démonstrations. Je me tiens donc tranquille, à quelques distances pour ne pas l'agacer.

Pourtant lors de notre première rencontre, cela a été le coup de foudre réciproque. Les baisers, les caresses à toute heure du jour. C'était le bonheur ! Je croyais que cela durerait toute la vie. Puis avec le temps je l'ai senti devenir plus distante, moins patiente quand je me précipitais pour l'embrasser. Pourtant pour moi, rien n'avait changé. Quand il y avait du monde, elle ne voulait pas la moindre démonstration d'affection, je l'avais compris et depuis je m'en dispensais.

Peut-être ce changement est-il intervenu à l'arrivée un jour de ce bel inconnu accompagnant nos amis lors d'un dîner à la maison. J'ai très vite remarqué qu'elle n'avait d'yeux que pour lui, toujours attentionnée à ce qu'il ne manque de rien. J'avais la nette impression que je ne comptais plus, qu'elle avait même oublié que j'étais là. Quand il est parti, elle est revenue vers moi avec une nouvelle petite flamme dans ses yeux. Elle s'est même mise à chanter.Comme elle était heureuse et de bonne humeur ! J'en profitais un peu, j'eus même droit à quelques baisers, comme si rien ne s'était passé.Mais depuis, lorsqu'elle sortait , je me demandais si elle n'allait pas le retrouver en cachette. Petit à petit je l'ai sentie s'éloigner de moi. Nous n'avions plus ces moments complices où elle me racontait ses journées loin de moi.

Et puis un jour c'est arrivé.
Elle m'a annoncé qu'elle le revoyait et qu'elle en était follement amoureuse. J'ai pensé partir. Ma place n'était plus ici. Mais elle n'a rien dit à ce sujet. Je suis donc resté dans l'attente de ce qu'il allait se passer. Quelque temps après, il est arrivé dans la maison avec ses valises, et je n'ai pu qu'accepter. Heureusement il a compris ma présence, et nous avons eu de bons rapports. Depuis nous vivons tous les trois. La vie s'organise. Je suis toujours en admiration devant elle, et mon amour est intact.

DRING ! .......... DRING ! ...............

La sonnette retentit. Il arrive. Elle court lui ouvrir la porte.
Je la suis pour être là aussi.
"Bonjour le CHIEN , calme toi. Tu n'es pas sorti aujourd'hui avec ce temps ?
"Donne moi la laisse je vais le promener un peu, il doit en avoir besoin.

 

RICORDEAU Jocelyne

Partager cet article

Repost 0

commentaires