Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Clif C'est Quoi ?

  • : CLIF (Club Litteraire d'Ile de France)
  • : Club littéraire d'Ile de France est un site de publication internet de littérature francophone. Vous desirez lire des textes inédits ou publier vos propres textes ? Nouvelles fantastiques, romantiques ou fantaisy... Des poesies, des essais ou autres... N'hésitez pas à nous contacter. Vous êtes le bienvenu !
  • Contact

Administrateur

  • Laurent
  • Réac, atrabilaire, mais non sans expérience le justifiant. Sens de l'humour permanent, mais hélas sens de la réalité qui s'échappe de jour en jour. Par contre, même houleux, j'aime bien les échanges de point de vue. Et sur tous les sujets.
  • Réac, atrabilaire, mais non sans expérience le justifiant. Sens de l'humour permanent, mais hélas sens de la réalité qui s'échappe de jour en jour. Par contre, même houleux, j'aime bien les échanges de point de vue. Et sur tous les sujets.

Recherche

17 octobre 2005 1 17 /10 /octobre /2005 00:00
 

                            Gustave Moreau

Ce moment là

De ces instants qui durent ou qui ne durent pas,

Certains trop longs, d’autres pas,

De ces moments où domine l’envie, de ces dix ou mille temps de peine ou de vraie vie,

J’en ai vécu un aujourd’hui, du moins cette nuit,

Un instant inévitablement bâclé, car trop longtemps espéré.

Ce fut celui où un oiseau fatigué, pour l’heure, disons un oiseau sans ailes, s’est arrêté chez moi pour devenir mon " elle ".

Il s’agit d’une femme bien entendu…, et plus que cela, sans pouvoir la décrire exactement !

Entre une brève malice et une permanente humilité,

Entre l’étincelle et l’innocence, j’en suis encore perdu…

Reconnaissons- là, que ma notoire maladresse n’eût d’égale que sa juvénile tendresse.

Alors, qu’ils soient courts ou bien longs, ces moments-là, ces chemins, je veux encore y croire, puisque enfin, de près ou de loin, je me rapproche du sien.

Et, quand au matin, je la sens puis l’entends, se blottir et, vite, se revêtir, ce matin, ce réveil où de peu je meurs de la voir repartir, il me semble, au-delà, ne plus jamais vivre autrement que dans ses bras.

Ce moment-là…, vous le comprendrez, ce fut celui de ma rencontre avec une fée, et jamais je ne pourrais l’oublier.

Laurent LAFARGEAS.

P74-2005

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent - dans POESIES CLIF
commenter cet article

commentaires